Les allergies sont-elles héréditaires ?

Peut-être que vous ou un membre de votre famille avez récemment reçu un diagnostic d'allergies. Vous vous posez probablement de nombreuses questions. L'une d'entre elles pourrait être : "Ai-je hérité de cette allergie ?" ou "Puisque je suis allergique, mes enfants le seront-ils aussi ?".

Il existe un ensemble assez important de preuves qui suggèrent que les allergies sont génétiques et se transmettent de parent à enfant. Cependant, ce n'est pas l'allergie exacte qui est transmise, mais seulement la tendance à avoir des allergies.

L'allergie est un défaut du système immunitaire. L'organisme n'identifie pas correctement les protéines inoffensives comme étant bénignes. Au lieu de cela, il les marque de la même manière qu'il marque les bactéries pour construire une réponse immunitaire. Ainsi, lorsque l'organisme identifie à tort la protéine Fel d1 présente dans la salive et l'urine des chats comme un germe, il crée une réponse immunitaire. À chaque exposition ultérieure à cette protéine, le système immunitaire pense à tort qu'il doit combattre un germe. C'est pourquoi les symptômes des allergies ressemblent tant à ceux d'un rhume. Votre corps mène une guerre bactériologique contre des germes qui ne sont pas là !

Ainsi, le défaut hérité est la tendance à mal identifier la protéine, mais pas la mauvaise identification d'une protéine spécifique. En d'autres termes, si vous êtes allergique aux arachides, vos enfants peuvent manger des sandwichs au beurre d'arachide toute la journée mais ne peuvent pas s'approcher d'un chat ou d'un chien. Votre enfant pourrait avoir des allergies saisonnières au pollen mais vous êtes allergique aux fraises et vos petits-enfants pourraient être allergiques aux lapins.

Une étude publiée en 2012 dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology a montré que non seulement les allergies étaient héréditaires, mais qu'elles étaient également liées au sexe. Jusqu'à cette date, on pensait généralement que les allergies étaient maternelles. C'est-à-dire qu'elles étaient transmises de la mère à l'enfant. Or, cette étude a montré qu'une mère était plus susceptible de transmettre des allergies à sa fille et qu'un père était plus susceptible de transmettre des allergies à son fils. Dans les deux cas, l'allergie spécifique n'était pas transmise (comme dans l'exemple précédent des cacahuètes et des chats) mais la tendance à avoir l'allergie était transmise de parent à enfant. Cela était également vrai pour l'asthme et l'eczéma.

La seule exception à cette règle générale est l'allergie à la pénicilline. Si l'un des parents d'un enfant, ou les deux, sont allergiques à la pénicilline, il est probable que l'enfant sera allergique à la pénicilline.

De même, des études sur les jumeaux ont montré que chez les vrais jumeaux (jumeaux ayant exactement les mêmes 25 000 gènes), dans plus de 60 % des cas, si l'un des jumeaux est allergique aux cacahuètes, l'autre le sera également. En revanche, chez les faux jumeaux (jumeaux qui partagent environ 50 % de leur ADN), le taux n'était que de 7 %. Les gènes jouent donc un rôle, mais les chercheurs n'ont pas encore trouvé la nature exacte de ce rôle.

À la prochaine !

Nous répondons à vos besoins en matière d'allergie