Allergie aux acariens : que sont les acariens et comment les éviter ?

les acariens

Les personnes prédisposées à devenir allergiques produisent des anticorps de classe IgE (immunoglobuline E) contre un large éventail de protéines présentes dans l'environnement, notamment à l'intérieur des bâtiments et des habitations. Aujourd'hui, dans les pays développés, la plupart des gens peuvent passer jusqu'à 95 % de leur temps à l'intérieur, passant très peu de temps à l'extérieur ; il est clair que ce changement dans les habitudes de vie a entraîné des modifications dans la fréquence de nombreuses maladies chroniques, avec une incidence particulière des maladies allergiques respiratoires. En outre, la plupart des maisons des pays industrialisés, grâce à l'amélioration des systèmes d'isolation, maintiennent des températures uniformément chaudes et contiennent généralement plus de meubles qu'il y a 50 ans. Lorsque nous passons de longues périodes dans ces environnements clos, nous respirons un air riche en substances potentiellement allergènes et en concentrations beaucoup plus élevées qu'à l'extérieur, ce qui facilite le développement de l'allergie à la poussière.

Comment se manifeste l'allergie aux acariens?

La poussière domestique est la principale source d'allergènes intérieurs. Il s'agit d'un écosystème complexe composé d'un mélange de matières inorganiques et organiques, notamment des squames de peau humaine, des fibres, des spores fongiques, des bactéries, des virus, des pollens, des insectes, des sous-produits dermiques d'animaux, des débris alimentaires, des plantes d'intérieur et des acariens. Le matériau inorganique contenu dans la poussière ne provoque pas de sensibilisation allergique, tandis que le composant organique présent peut agir comme un irritant ou un allergène. Toute protéine présente dans la poussière peut se comporter comme un allergène si elle est capable d'être mise en suspension dans l'air, d'être inhalée et d'atteindre les voies respiratoires en induisant une réponse allergique médiée par les IgE. Il est important de savoir que la susceptibilité aux maladies allergiques respiratoires dépend de la prédisposition génétique et de l'exposition dans des conditions appropriées, c'est-à-dire en quantité suffisante et en temps, à certaines substances qui se comportent comme des allergènes.

La sensibilisation aux allergènes intérieurs est plus importante pour le développement de l'asthme que la sensibilisation aux allergènes extérieurs. Bien qu'il soit possible d'être allergique à une ou plusieurs des substances organiques présentes dans la poussière, les acariens sont la principale source d'allergènes de la poussière domestique, produisant des allergènes puissants capables de sensibiliser et d'induire des symptômes respiratoires chez les personnes sensibilisées.

Depuis combien de temps l'allergie aux acariens est-elle connue ?

En 1921, R. Kern a reconnu pour la première fois le rôle de la poussière domestique en tant qu'allergène lorsqu'il a constaté que nombre de ses patients souffrant de rhinite ou d'asthme présentaient des tests allergiques positifs lorsqu'il utilisait des échantillons de poussière provenant de leur propre maison. Peu de temps après, en 1928,

M. Decker a proposé que les acariens jouent un rôle majeur dans la poussière domestique, bien qu'il n'ait pas trouvé de croissance dans les échantillons qu'il a testés. À la fin des années 1950, un grand nombre d'allergènes ont été identifiés dans la poussière domestique, notamment des dérivés dermiques d'animaux, d'insectes et de champignons. On savait déjà à l'époque que les échantillons de poussière provenant de logements humides provoquaient de très fortes réactions cutanées, mais il n'y avait aucune explication à cela. Enfin, en 1967, les chercheurs R. Voorhorst et F. Spieksma ont découvert que l'activité allergène des échantillons de poussière prélevés dans des habitations aux Pays-Bas était principalement due à la présence d'un acarien, Dermatophagoides pteronyssinus (D. pteronyssinus) (voir photo). À partir de ce moment, les techniques de culture des acariens ont été développées et des extraits de ces acariens ont été utilisés pour le diagnostic de l'allergie à la poussière domestique.

Y a-t-il des différences dans la composition des acariens d'une région à l'autre ?

Dans les premiers travaux de Voorhorst et Spieksma, ces chercheurs ont constaté que des échantillons de poussière provenant de maisons néerlandaises situées près de canaux contenaient plus de 500 acariens par gramme de poussière, tandis que des échantillons de poussière prélevés dans le sanatorium de Valbella, dans la ville suisse de Davos (le sanatorium où Thomas Mann a situé son célèbre ouvrage La montagne magique), contenaient des quantités négligeables d'acariens. Cette différence de concentration était, selon eux, la raison pour laquelle les enfants souffrant d'asthme allergique aux acariens se sont considérablement améliorés lorsqu'ils ont été transférés dans ce sanatorium suisse, en réduisant radicalement le niveau d'exposition aux acariens. Peu après, l'association entre l'asthme et les tests cutanés allergiques positifs aux acariens a été confirmée dans d'autres pays, notamment en Australie, au Japon et au Brésil, et les acariens sont désormais reconnus comme la principale source d'allergènes dans la poussière domestique.

Les acariens de stockage, ou acariens mineurs de la poussière domestique, constituent un large éventail de familles, de genres et d'espèces que l'on trouve principalement dans les aliments stockés, les céréales, les farines, les fermes, les granges et le foin. L'exposition à ces acariens, et à leurs allergènes, peut également se produire dans les habitations, notamment celles qui présentent des problèmes d'humidité. De nombreuses espèces de ces acariens mineurs ont été identifiées dans la poussière domestique, c'est pourquoi le terme acarien domestique est utilisé pour toutes les espèces d'acariens que l'on peut trouver dans l'environnement domestique et pour lesquelles des processus de sensibilisation médiés par les IgE ont été décrits.

Que sont les acariens ?

Les acariens (acari ou acarina, du grec akarés, "minuscule, qui ne peut être coupé") sont une sous-classe d'arachnides.

pas coupé') sont une sous-classe d'arachnides, dont on compte près de 50 000

dont près de 50 000 espèces sont décrites sur un total de 100 000 à 500 000 espèces qui n'ont pas encore été classées. La plupart des acariens ne sont pas visibles à l'œil humain et atteignent quelques millimètres de longueur ; ainsi, les acariens de la poussière domestique mesurent entre 0,2 et 0,5 mm.

0,5 mm. Ils constituent l'un des plus anciens groupes d'animaux terrestres, puisque l'on connaît des fossiles datant de 400 millions d'années, et sont répartis dans le monde entier, adaptés pour vivre dans tous les environnements connus de la planète. Les acariens ont été identifiés à des altitudes comprises entre 5 000 m au-dessus du niveau de la mer et 4 000 m de profondeur, et sont particulièrement abondants dans les zones côtières. La gamme de température pour leur reproduction est très large (5º-30º C), bien que la température optimale soit de 25º C. Certaines espèces se sont adaptées à la vie dans les sources, supportant très bien la chaleur intense des sources chaudes des régions volcaniques, tandis que d'autres se sont adaptées aux eaux polaires, tolérant des températures extrêmes.

Les acariens sont particulièrement abondants dans les endroits où il y a beaucoup de végétation, parmi les déchets en décomposition et en association avec les mousses et les lichens ; en fait, dans les zones boisées, ils peuvent constituer 70 à 90 % de la population totale du sol, et jouent un rôle essentiel tant dans les processus de décomposition que dans l'intégration au sol.

les processus de décomposition et l'intégration de la matière organique dans le sol. En outre, les acariens sont couramment présents dans les maisons, notamment dans les matelas, les oreillers et les tapis. Ce haut degré de diversité des habitats correspond à un très haut degré de variabilité en termes de forme, de taille, de structure et de comportement.

Quels acariens sont concernés par l'allergie ?

On estime que seules 25 des plus de 40 000 espèces d'acariens décrites sont associées à des maladies allergiques chez l'homme. Les acariens les plus fréquemment impliqués dans les processus allergiques appartiennent à l'ordre des Astigmates, dans lequel seules trois superfamilles sont responsables des problèmes allergiques :

Pyroglyphoidae : à cette famille appartiennent Dermatophagoides (D.) pteronyssinus, D. farinae et Euroglyphus maynei, qui sont sans doute les inducteurs de la grande majorité des sensibilisations allergiques en Europe et aux Etats-Unis.

Acaroidae : Acarus siro et Tyrophagus putrescentiae sont les espèces responsables au sein de cette famille.

Glycyphagodae : Blomia tropicalis et Lepidoglyphus destructor sont de plus en plus reconnus comme étant responsables de pathologies allergiques.

Ces acariens sont inoffensifs pour l'homme et ce sont leurs résidus fécaux qui sont hautement allergènes. Leur cycle de croissance (de l'œuf à l'adulte) est de 25 jours à 25º C, et la plupart d'entre eux vivent entre deux et trois mois, période pendant laquelle ils pondent une ou deux couvées d'œufs qui contiennent généralement entre 20 et 40 unités.

Quel est l'habitat des acariens ?

Les acariens à l'origine des maladies allergiques se trouvent préférentiellement dans deux habitats différents : les maisons et les entrepôts.

Les principaux facteurs environnementaux qui influencent la présence des acariens sont : la température et l'humidité relative. La température optimale se situe entre 25º et 35º C.

L'humidité relative optimale pour D. pteronyssinus est supérieure à 75% et pour D. farinae (voir photo) elle se situe entre 50 et 60%. La prolifération dans ces conditions est plus rapide qu'à une température et une humidité plus faibles. La présence de champignons facilite également le développement des acariens, probablement en raison de la digestion préalable des lipides dont ils se nourrissent.

Les espèces qui envahissent les maisons sont appelées acariens ou acariens de la poussière de maison, et appartiennent principalement à la famille des Pyroglyphidae. Ils coexistent avec l'homme car ils se nourrissent des squames que celui-ci perd (environ 1 gramme par jour) ou des squames des animaux domestiques. Leur principal habitat est l'intérieur des maisons, car on les trouve en grand nombre dans les matelas, les canapés et les meubles recouverts de tissu. En Espagne, D. pteronyssinus et D. farinae sont préférentiellement isolés.

D. farinae.

Les espèces que l'on trouve dans les entrepôts sont appelées acariens d'entrepôt ou de stockage. En Espagne, les espèces suivantes se distinguent par leur présence : Acaro siro, Tyrophagus putrescentiae (voir image de gauche sur la page suivante)et Lepidoglyphus destructor. Ils se nourrissent principalement de céréales et d'autres particules alimentaires présentes dans la poussière domestique, et leur principal habitat est constitué de céréales et d'aliments généralement stockés. Cependant, dans certaines circonstances favorables, ils peuvent proliférer en grand nombre à l'intérieur. Tyrophagus putrescentiae se trouve le plus souvent dans les endroits où sont stockés des aliments riches en protéines comme le jambon ou le fromage. Lepidoglyphus destructor (voir photo à droite) est facilement isolé dans les magasins de céréales et est également un genre très commun dans le nord de l'Espagne, en particulier en Galice. L'acarien de dépôt le plus fréquent dans les zones tropicales et aux îles Canaries est Blomia tropicalis.

Dans quelles zones de la maison les acariens sont-ils abondants ?

À l'intérieur de la maison, les acariens se sont isolés dans les draps, les oreillers, les tapis, les rideaux, la literie, les jouets en peluche et les matelas. Les canapés et surtout les matelas constituent un excellent microhabitat pour la faune acarienne car, compte tenu de la profondeur de leur rembourrage, ils retiennent beaucoup d'humidité, ce qui leur fournit les trois facteurs nécessaires à un développement optimal : chaleur (provenant de la transpiration du dormeur) et nourriture (squames de peau humaine). L'humidité est le principal facteur limitant pour leur développement ; les niveaux optimaux d'humidité relative sont de 75% à 15ºC. Ces valeurs sont facilement atteintes dans les matelas lorsqu'ils sont occupés, en moyenne huit heures par jour. La chaleur et la transpiration de leurs occupants produisent une augmentation de leur température qui atteint 25º-30º C.

25º-30º C, et leur humidité relative augmente de 5-8%.

Ainsi, pendant ces 8 heures par jour, les acariens du matelas trouvent des conditions favorables à leur développement. Ce temps peut être plus long si le lit est fait immédiatement, sans ventilation préalable, de sorte qu'un certain degré de température et d'humidité peut être maintenu pendant près de 16 heures.

Dans les maisons situées dans des climats tempérés, le nombre d'acariens varie en fonction des saisons, avec un nombre faible au début de l'été et une augmentation progressive à l'approche de l'automne, suivie d'une diminution en automne-hiver. Pendant les mois d'été, comme le chauffage n'est pas utilisé et que la maison est plus aérée, l'humidité relative de l'air augmente. En revanche, en hiver, les portes et les fenêtres sont moins ouvertes et, avec l'utilisation de chauffages, un climat chaud mais très sec est créé à l'intérieur, ce qui n'est pas du tout favorable à leur croissance. Dans les chambres, en revanche, l'utilisation quotidienne des matelas leur permet de survivre dans de meilleures conditions que sur les tapis.

Malgré la diminution du nombre d'acariens vivants pendant les mois d'hiver, les particules allergènes qu'ils produisent restent dans l'environnement et diminuent plus progressivement. Ainsi, bien que le nombre d'acariens fluctue au cours de l'année, les symptômes causés par leurs allergènes sont généralement pérennes.

Quelles sont les causes de l'allergie aux acariens ?

Les particules fécales produites par les acariens sont la principale source d'allergènes. Chaque acarien peut produire environ 20 particules fécales par jour qui sont capables de provoquer des symptômes allergiques, même après la mort de l'acarien. Ces dernières années, des progrès extraordinaires ont été réalisés dans l'étude des caractéristiques des allergènes d'acariens et plus de vingt groupes moléculaires différents ont été identifiés, dont beaucoup de protéines extracellulaires à activité enzymatique.

Des études récentes ont montré que les niveaux critiques d'acariens pour la production d'asthme se situent entre 100 et 500 acariens par gramme de poussière ou, en d'autres termes, un taux de Der p1 (allergène majeur de D. pteronyssinus) égal ou supérieur à 2 microns par gramme de poussière domestique.

Les allergènes des acariens ne peuvent être détectés dans l'air que lors d'activités qui produisent des turbulences, comme passer l'aspirateur ou secouer la literie. Chaque acarien peut pondre 20 à 50 œufs et produire une nouvelle génération tous les 21 jours environ. Ainsi, les acariens, morts ou vivants, se retrouvent par centaines dans chaque gramme de poussière domestique, notamment dans les matelas, les oreillers et la literie. Ce fait peut expliquer pourquoi la plupart des personnes allergiques aux acariens n'associent pas l'exposition à la poussière à une exacerbation de leurs symptômes respiratoires. En fait, les acariens agissent davantage comme une source chronique et cumulative d'allergènes qui provoquent une inflammation-hyperréactivité bronchique que comme des déclencheurs de rhinites aiguës ou de crises d'asthme.

Comment se manifeste l'allergie aux acariens ?

Les symptômes de l'allergie aux acariens sont, dans la plupart des cas, respiratoires : rhinite et asthme. Dans certaines régions de notre pays, la sensibilisation aux acariens touche plus de 30% de la population et 90% des asthmatiques.

Dans le cas de la rhinite, le patient souffre d'épisodes, de préférence le matin au lever du lit, d'éternuements (plus de 10 éternuements consécutifs), de démangeaisons nasales, d'hydrorrhée abondante (écoulement nasal) et de congestion nasale intense. Ces symptômes disparaissent généralement

lorsque vous quittez la maison, pour réapparaître le soir lorsque vous vous couchez, ou lorsque vous manipulez de grandes quantités d'eau.

ou lors de la manipulation de grandes quantités de poussière. Environ 30 % de ces patients peuvent également présenter des symptômes d'asthme sous forme de quintes de toux, d'oppression thoracique, de respiration sifflante et d'intolérance à l'exercice physique ou au rire. Les symptômes sont généralement pérennes, c'est-à-dire qu'ils se manifestent tout au long de l'année, bien qu'ils puissent connaître des exacerbations au printemps et en automne. Les symptômes oculaires sont plus rares que dans l'allergie au pollen. Il a également été suggéré que les acariens pouvaient jouer un rôle important dans la pathogenèse et les exacerbations de la dermatite atopique. Enfin, les acariens sont également capables de contaminer certains aliments fabriqués avec des farines enrichies utilisées dans la pâte ou la cuisson et de provoquer une anaphylaxie (la manifestation la plus grave de l'allergie).

Comment diagnostiquer l'allergie aux acariens ?

Comme dans toute autre démarche allergique, l'interrogatoire médical est fondamental et souvent suffisamment orientateur. L'examen physique doit comprendre l'observation de la muqueuse nasale par rhinoscopie antérieure, l'auscultation respiratoire et l'observation de la peau. Pour établir un diagnostic de certitude, le spécialiste en allergologie doit effectuer des tests allergiques par prick-test avec une sélection d'allergènes qui varient d'une région à l'autre. Ces tests sont simples, rapides et très fiables lorsqu'ils sont effectués par du personnel expérimenté. Dans certains cas, il sera également nécessaire de réaliser des dosages d'IgE spécifiques dans le sang et, plus rarement, des études d'exposition contrôlée à l'allergène, que ce soit au niveau nasal, oculaire ou bronchique.

Peut-on prévenir l'allergie aux acariens ?

Les acariens sont des habitants naturels de notre environnement domestique et leur présence ne signifie pas un manque de propreté dans la maison. Il n'est pas clair si le contrôle de l'environnement peut prévenir l'allergie aux acariens, et les preuves existantes suggèrent que la prévention primaire n'est pas possible. Des études montrent que l'application de mesures de contrôle de l'environnement peut avoir un effet bénéfique sur l'apparition et la gravité de l'asthme, mais ne semble pas très utile pour prévenir ou retarder l'apparition de la sensibilisation aux acariens, en particulier dans les régions où l'exposition aux allergènes des acariens est élevée (par exemple, dans les îles Canaries ou en Galice).

Des mesures très efficaces : Retirez les tapis et tous les objets qui accumulent la poussière de la chambre à coucher ; utilisez des housses anti-acariens sur le matelas et l'oreiller (le matelas et l'oreiller doivent être aspirés pendant 10 minutes une fois par mois et exposés au soleil pendant 30 minutes 2 ou 3 fois par an) ; lavez les draps et les couvertures au moins une fois par semaine avec de l'eau chaude (plus de 50º C) ; Nettoyage régulier des canapés, des tapis et des autres zones de la maison ; contrôle périodique de la maison et réparation des problèmes d'humidité détectés ; réduction de l'humidité relative dans toute la maison, ou au moins dans la chambre à coucher, à moins de 50% (l'utilisation régulière d'un déshumidificateur peut réduire considérablement la population d'acariens).

Mesures d'efficacité intermédiaire : utilisation de purificateur d’air pour retenir les allergènes d'acariens, utilisation d'acaricides et climatisation.

Quels sont les traitements utiles dans l'allergie aux acariens ?

Outre les mesures d'évitement des acariens mentionnées ci-dessus, un certain nombre de médicaments sont désormais disponibles pour atténuer et contrôler les symptômes gênants causés par ce type d'allergie. En outre, chez les patients correctement diagnostiqués, et en fonction de l'évolution de leurs symptômes allergiques, l'allergologue peut également prescrire un traitement par des vaccins hyposensibilisants aux acariens afin de traiter de manière globale leur affection sous-jacente.

 

Voir nos produits contre les acariens ici.

Nous répondons à vos besoins en matière d'allergie